La respiration dans le Tai Chi : le Chi, , Ji ou souffle

Le même mot : CHI ou JI veut à la fois dire énergie et souffle, souffle d’air de notre respiration (voir respiration). Une attention toute particulière est mise sur la respiration : prise de conscience des espaces de respiration, relâchement musculaire de ces zones pour développer la capacité respiratoire. La respiration à partir du ventre va augmenter la maîtrise du souffle et conduire vers la prise en main du tantien (voir tantien)…


Une respiration aisée lente et profonde va progressivement s’installer pour rythmer le mouvement et favoriser la circulation de l’énergie dans le corps.

ART DU CHI

Notre pratique du TAI CHI se concentre particulièrement sur cet objet. Notre apprentissage du mouvement « juste » va se baser sur une prise de conscience et un développement de nos capacités respiratoires.

Le TAI CHI est donc vu comme un art du souffle, un art énergétique.

C’est cette facette là que développe particulièrement notre école, qui cherche une prise de conscience rapide de ce Chi qui circule dans le corps et fonde le sens et la précision du mouvement effectué.

CIRCULATION DE L’ENERGIE

L’acupuncteur place ses aiguilles le long des méridiens qui parcourent le corps pour atteindre les organes et fluidifier la circulation de l’énergie.

La conception des mouvements de TAI CHI est le fruit de recherches qui ont traversé le temps. Ils provoquent la circulation de l’énergie le long des méridiens dans tout le corps, au service d’un combat puissant à l’origine, au service de notre santé désormais.

TANTIEN

Le « TANTIEN » ou « DANDIEN » désigne le centre énergétique de notre corps. Situé au cœur du ventre a 5 cm en dessous du nombril, on peut parler aussi du centre de gravité.

C’est dans ce lieu que se concentre notre énergie. Un travail physique spécifique permet d’en prendre conscience et de l’utiliser comme point d’appui dans la pratique du TAI CHI comme dans la vie de tous les jours.